Des conversations pour l’année à venir

Article invité écrit par Sean Boots.

La semaine dernière, l’équipe de FWD50 a lancé son enquête annuelle sur l’avenir du gouvernement numérique. Si vous ne l’avez pas encore remplie, ne manquez cette occasion de partager votre point de vue. C’est un exercice que j’attends avec impatience chaque année, d’une part parce que j’aime sincèrement répondre aux enquêtes (bonjour, chers collègues fonctionnaires) et d’autre part parce que les résultats sont toujours fascinants. Ils permettent d’examiner en profondeur la façon dont nous voyons et imaginons l’avenir de la fonction publique, qu’il s’agisse de la façon dont nous travaillons ou des questions sur lesquelles nous travaillerons. L’équipe de FWD50 utilise les résultats de l’enquête pour planifier le programme de la conférence de cette année.

​​En envisageant l’année en cours (comment se fait-il que nous soyons déjà en 2022 ?), il y a quelques sujets qui, à mon avis, occuperont une place importante. Que vous considériez l’état du monde, la santé publique, la société et l’économie canadiennes, ou que vous regardiez simplement par la fenêtre (si vous vivez à Ottawa ou dans une capitale provinciale), il est clair qu’une fonction publique efficace et adaptable est essentielle pour aider à faire face aux problèmes auxquels nous sommes confrontés. Au sein de la fonction publique, voici ce qui, à mon avis, sera particulièrement important cette année :

Le talent et la lutte pour l’obtenir

Au cours des deux dernières années, l’idée de longue date selon laquelle les fonctionnaires doivent travailler depuis leur bureau a été abandonnée. Des centaines de milliers de fonctionnaires se sont rapidement mis à travailler depuis leur table de cuisine, leur chambre à coucher ou leur sous-sol. Il y a eu des heurts en cours de route, mais, dans l’ensemble, cela a fonctionné et a prouvé que le travail à domicile est viable pour la grande majorité des emplois du secteur public. (Les professionnels de la santé, les gardes-frontières, les opérateurs de recherche et de sauvetage, les inspecteurs alimentaires et quelques autres rôles en personne constituent une exception importante). 

Alors que les mesures de protection de la santé publique sont progressivement réduites, la grande question est la suivante : retournons-nous tous au bureau ? À quoi cela ressemblera-t-il ? Si vous vivez à Ottawa ou à Gatineau (ou dans les capitales provinciales), cela pourrait signifier que vous devrez vous réhabituer aux trajets et aux boîtes à lunch. Cependant, pour de nombreux fonctionnaires, le passage au travail à distance ou distribué a ouvert la porte à des questions de vie beaucoup plus complexes. 

Je suppose que nous avons tous entendu des anecdotes similaires de la part d’amis de la fonction publique qui ont déménagé à l’autre bout du pays pour se rapprocher de leur famille, pour quitter (ou gagner) la grande ville, pour acheter une maison abordable, etc. (Dans mon cas, ma femme a obtenu un emploi au gouvernement du Yukon environ six mois avant l’arrivée de la COVID ; je me sentais vraiment chanceux de travailler pour une équipe du gouvernement fédéral qui soutenait le travail distribué et à distance avant que ce soit vraiment normalisé). 

Tout le monde n’a pas eu cette chance. D’autres fonctionnaires ont mis en attente leur projet de déménagement, inquiets à l’idée d’être rappelés un jour dans leur ancien bureau en personne. La répartition inégale du soutien ou de l’enthousiasme pour le travail à distance (même si les employés travaillent encore tous à domicile) d’un ministère à l’autre, et d’une équipe à l’autre, est stressante pour les fonctionnaires qui envisagent ce genre de changements majeurs. 

Il y a deux angles importants à cela : le premier est que, surtout pour le gouvernement fédéral, un soutien accru aux employés éloignés augmente la diversité et la représentativité potentielles de la fonction publique. Compte tenu des problèmes complexes auxquels le Canada est confronté aujourd’hui, il est très important d’avoir une fonction publique qui reflète mieux notre « bulle Ottawa-Gatineau »). Le deuxième point est que, en particulier pour les professions liées au gouvernement numérique comme les développeurs de logiciels, les designers et les gestionnaires de produits, la concurrence pour le talent est extrêmement intense. Les ministères et les organismes qui s’engagent publiquement à appliquer des politiques de « travail n’importe où » bénéficieront d’un avantage concurrentiel considérable par rapport à ceux qui ne le font pas. 

Des outils modernes, comme toujours

Ma carrière au sein de la fonction publique est secrètement consacrée à la mise à disposition de technologies et d’outils modernes pour mes collègues fonctionnaires. Ou du moins, c’est un secret jusqu’à 30 secondes après le début de toute conversation sur le travail au sein de la fonction publique. 

Tout comme le fait de pouvoir travailler n’importe où au Canada, la pandémie a vraiment modifié la conversation sur les outils que nous utilisons au sein du gouvernement. Des outils en ligne comme Slack, Miro, Trello et Figma sont devenus des moyens essentiels de collaboration pour les fonctionnaires qui travaillent à domicile. Nombre de ces outils ont également fourni des systèmes de communication essentiels et improvisés lorsque les VPN et les réseaux du gouvernement ont eu du mal à supporter la charge d’une main-d’œuvre éloignée inattendue. 

L’utilisation de tous ces outils non approuvés et orientés vers le consommateur donne beaucoup de fil à retordre au personnel informatique. Malgré une directive du SCT selon laquelle l’accès à ces outils devrait être ouvertement autorisé, il y a beaucoup de variations d’un ministère à l’autre quant à savoir s’il est possible d’y accéder par le réseau organisationnel. (Chaque année, je fais le suivi de l’évolution de la situation sur la page Is this blocked in my department et constate que certains ministères fédéraux font un excellent travail pour fournir des outils modernes à leur personnel tandis que d’autres… pas vraiment).

Pour les fonctionnaires travaillant à domicile, l’accès à ces outils est en fait plus facile, puisque vous pouvez désactiver votre VPN (ou utiliser un ordinateur personnel) pour y accéder s’ils ne sont pas fiables, lents ou bloqués sur le réseau organisationnel. Lorsque les fonctionnaires retourneront au bureau, nous verrons probablement beaucoup de frustrations liées à la vitesse et à la fiabilité des outils de collaboration en ligne qui sont entravées par les limites du réseau de l’organisation. 

Parallèlement, d’autres gouvernements (notamment le gouvernement fédéral américain) s’éloignent des réseaux organisationnels et des VPN de manière significative, ce qui me réjouit. Cette approche de la cybersécurité fondée sur la « confiance zéro », qui consiste à sécuriser les applications et à les utiliser sur des connexions Internet ordinaires, adoptée par Google il y a près de dix ans, est un modèle que j’aimerais voir les gouvernements canadiens adopter également. L’informatique à confiance zéro augmente la vitesse et la fiabilité, ouvre la porte aux politiques permettant de travailler à partir de son propre appareil et réduit les points de défaillance uniques. Voilà une idée que je soutiens.

Les données : opportunes, dignes de confiance et (oui) imparfaites

De bien des façons différentes, les deux dernières années ont démontré le rôle important que jouent les organisations du secteur public dans la mise à disposition de données fiables et dignes de confiance au public et aux décideurs politiques. Alors que les mesures de protection de la santé publique commencent à être réduites, il sera encore plus important de continuer à fournir au public des données précises et opportunes sur la santé. 

Au cours de la pandémie, les équipes provinciales et fédérales chargées des données ouvertes et de la santé publique ont fait un travail remarquable dans des circonstances difficiles (l’équipe d’Infobase de l’ASPC et l’équipe de données ouvertes de l’Ontario méritent toutes deux des mentions spéciales). La structure fédérale du Canada rend la production et le partage de données cohérentes d’autant plus difficiles

Le plus grand défi auquel nous sommes confrontés, à mon avis, est de diffuser des données fiables au public assez rapidement pour suivre le rythme des campagnes de désinformation. Ce besoin de rapidité est en contradiction avec les approches traditionnelles de la communication gouvernementale, qui s’efforcent d’obtenir une communication publique parfaite, soignée et sans faille. Je remarque régulièrement que les gouvernements publient des données de haute qualité, soigneusement examinées, six mois ou un an trop tard pour que cela ait un impact. 

Les données ne sont jamais parfaites, d’autant plus lorsqu’elles sont basées sur le comportement et les processus humains. Nous devons collectivement nous y habituer et apprendre à communiquer les limites et les lacunes de tout ensemble de données tout en démontrant la fiabilité et l’intégrité des institutions dont nous faisons partie. Les gouvernements doivent comprendre que la publication proactive des données aide les autres à les aider. Elle permet également de réduire les controverses qui pourraient être facilement évitées grâce à une plus grande transparence. Qu’importe les imperfections : publiez-les quand même.

Quelle est la prochaine étape ?

Voilà les trois choses que je considère comme prioritaires pour l’année à venir : 

  • la compétition féroce entre les ministères pour recruter des personnes compétentes en matière de technologie, où les organisations qui offrent la possibilité de travailler à distance domineront facilement,
  • la demande constante d’accès aux outils modernes, rendue plus compliquée par le retour aux bureaux,
  • et l’importance permanente de produire et de publier des données avec autant de rapidité et de qualité que possible. 

Tous ces thèmes sont axés sur la façon dont nous travaillons au sein du service public. Sans aucun doute, ce sur quoi nous travaillons sera tout aussi fascinant : la poursuite des efforts en matière de santé publique, l’adaptation au changement climatique, la lutte contre la désinformation et les menaces pour la sécurité nationale, la politique de concurrence, et bien d’autres choses encore. À votre avis, à quoi ressemblera l’année à venir, pour le travail gouvernemental numérique et au-delà ? L’enquête de FWD50 est un excellent moyen de faire valoir votre point de vue. Nous l’attendons avec impatience !