Le parcours pour définir l’agenda numérique de l’Argentine

« How can we work really, really fast in providing tools and providing connectivity for everybody? »

Traduction : « Comment pouvons-nous travailler très rapidement pour fournir des outils et assurer la connectivité de tout le monde ? »

Depuis les archives de FWD50 2019, nous sommes ravis de vous présenter la secrétaire d’État au gouvernement numérique et à l’innovation technologique et la secrétaire à la modernisation de l’Argentine, María Inés Baqué, alors qu’elle explique le chemin qu’elle a parcouru pour créer un agenda numérique pour le pays.

Vous pouvez voir les diapositives de la présentation de María sur notre compte SlideShare, ici, et vous connecter avec Marìa sur Linkedin.

Veuillez consulter la traduction de la transcription complète de cette conférence ci-dessous.

[00:00:00] María Inés Baqué : Bonjour à tous. C’est un plaisir pour moi d’être ici avec vous tous, qui êtes vraiment nombreux à partager notre expérience en Argentine pour définir notre agenda numérique. Permettez-moi donc de vous donner une brève idée de la situation de l’Argentine dans ce domaine, lorsque cette administration au gouvernement fédéral a débuté.

Donc, en termes d’administration, toute leur administration se faisait sur papier ; sur papier, en face à face, sans outils numériques dans les municipalités du gouvernement. Je sais. Donc, le gouvernement provincial, cette grande carrière. Être fonctionnaire n’était pas quelque chose de très bien perçu en Argentine. En termes de transparence, l’Argentine, ouverte à l’index, était placée [00:01:00] en 54ème position en Argentine. 

La connectivité, aucune chance. Une connectivité médiocre, de qualité inférieure. Le défi était donc de savoir comment travailler très rapidement. Il s’agissait de fournir des outils et d’assurer la connectivité pour tous, tout en définissant une vision à long terme. En fin de compte, l’idée était de passer d’un gouvernement qui prend le citoyen en otage à une idée centrée sur le citoyen.

Ainsi, le gouvernement est centré sur le service au citoyen. Nous avons donc commencé à développer, avec de nombreuses personnes du gouvernement, l’agenda numérique, et nous avons mis en avant l’idée d’avoir un agenda numérique pour 2030. Donc, tout d’abord, comment [00:02:00] imaginer où l’Argentine devrait être ou doit être dans de nombreuses années. Et pourquoi un agenda numérique ? 

Alors que nous développions tant d’outils, l’idée de se concentrer sur le long terme était important parce que nous étions convaincus que nous devions fournir une vision de la manière dont la transformation numérique pouvait être utilisée au mieux, pour le bien de notre pays. Nous voulions également créer une feuille de route pour établir un ordre de priorité des initiatives. Et finalement, le principal objectif était d’accélérer la transformation numérique et d’éliminer la fracture numérique.

L’avantage que nous avions, à l’époque, était que comme nous étions peut-être dans l’un des derniers pays à penser à l’agenda numérique, nous pouvions nous baser sur les agendas numériques et les expériences d’autres pays [00:03:00]. Le Canada était un exemple extraordinaire pour nous, le Royaume-Uni avec ses services, l’Amérique latine, l’Uruguay, le Chili, la Colombie, le Mexique, l’Estonie avec ses outils fantastiques.

Nous avons beaucoup de cas différents sur lesquels nous pouvons nous baser. Donc dans cette vision que nous avons construite, nous nous disons d’accord, la vision est qu’en 2030, nous devrions avoir ces trois choses. La citoyenneté. Tous les citoyens inclus numériquement pour l’économie, pour l’industrie, comment l’industrie peut tirer profit de la transformation numérique afin de promouvoir ou d’améliorer la compétitivité et aussi la productivité. Et en termes de gouvernement pour se transformer totalement et avoir un gouvernement en tant que plate-forme.

Nous avons donc organisé cet agenda numérique [00:04:00] en cinq piliers. Nous parlons du cadre juridique dont nous avons besoin pour tout mettre en œuvre. La connectivité, le talent numérique, l’économie numérique, et bien sûr un gouvernement numérique, donc des gouvernements numériques, un des piliers de cet agenda numérique, et c’est juste pour que vous puissiez voir quelques résultats jusqu’à présent de cet agenda numérique, une définition et une priorisation. 

Nous détenons aujourd’hui le numérique en termes de cadre juridique. Nous avons l’agenda numérique lui-même. Nous disposons d’une réglementation pour encourager la concurrence dans les télécommunications. Il est très important d’étendre la connectivité dans tout le pays. Nous définissons cette cybersécurité, cette stratégie numérique, et aussi notre plan d’intelligence artificielle.

Nous adoptons [00:05:00] la politique du nuage en premier pour étendre l’adoption du nuage dans tout le gouvernement. Nous avons aussi la BIM, l’adoption de la modélisation de l’information sur les bâtiments pour les travaux publics. En ce qui concerne la connectivité, partageons quelques unes des réalisations en matière de connectivité qui sont vraiment formidables. Est-ce suffisant ? Bien sûr que non, mais c’est une grande amélioration par rapport à 2007, donc si nous regardons la connectivité par région, par département, nous sommes passés de 16% à 79% de couverture dans le déploiement de la 4G. Si nous voyons la couverture reçue pour la population, nous sommes passés de 76 % à 93 % de la population. C’est donc une énorme amélioration en ces dernières [00:06:00] années. Et aussi l’accès, c’est très, très important. Il y a eu une augmentation de l’accès en termes de connexions Internet fixes. Nous sommes passés de près de sept millions d’accès ou d’accès à domicile à neuf millions aujourd’hui.

Et aussi en termes de vitesse de la connexion fixe à large bande, nous sommes passés de 4,55 BPS aux 20 que nous avons aujourd’hui. De plus, l’idée de notre gouvernement était de promouvoir autant que possible le secteur privé, mais dans un grand pays comme l’Argentine, vous devez savoir que nous sommes en huitième position en termes de kilomètres carrés.

Donc, ce que nous définissons, c’est que la phase gouvernementale doit être là où le secteur privé ne sera pas. [00:07:00] Jusqu’à présent, nous avons un programme très ambitieux : avoir des connexions fixes solides, des connexions par fibre optique dans tout le pays. Et aujourd’hui, nous avons 30 000 kilomètres éclairés dans tout le pays.

Cela nous permet donc de fournir la connectivité à certains endroits qui ont moins de 500 des personnes. Ce n’est donc pas très intéressant pour le secteur privé. Et nous fournissons la connectivité par le biais d’ARSAT, un réseau à fibres optiques. Dans certains cas, nous fournissons également l’Internet par satellite à des foyers ou des lieux spécifiques, peut-être dans les montagnes, à des endroits que la fibre optique ne peut atteindre.

Et aussi un programme qui a commencé récemment à [00:08:00] fournir un accès au wifi sur nos routes. Nous mettons également l’accent sur le tourisme, la santé, l’éducation et l’agro-industrie, afin d’assurer la connectivité. Et laissez-moi vous dire quelque chose à offrir à la santé. Nous avons développé un réseau de télémédecine pour la pédiatrie au début, et ensuite pour tous, donc c’est de médecin à médecin. Il s’agit d’un réseau de télésanté de deuxième avis où une personne située très loin des grandes villes d’Argentine peut bénéficier du soutien de spécialistes en médecine. C’est très, très, très important. Dans les écoles rurales également, nous avons fourni la connectivité à 3 600 écoles, soit environ 50 % des écoles des zones rurales en Argentine. C’est donc un programme très, très ambitieux en termes d’économie numérique. 

Peut-être que l’un des plus grands résultats [00:09:00] est ce que nous appelons la loi sur l’industrie de la connaissance. Il s’agit d’une loi qui prévoit des incitations fiscales pour toutes les industries basées sur la connaissance, disons le développement de logiciels, l’ingénierie et bien d’autres, l’idée que vous n’utilisez que le talent des gens pour le monde. Cette nouvelle loi entrera en vigueur en janvier 2020, et l’idée est de générer 200 000 nouveaux emplois au cours des dix prochaines années. 

En ce qui concerne les talents numériques, nous travaillons dans trois domaines différents. Tout d’abord, un programme très ambitieux d’éducation, l’éducation numérique à l’école. Maternelle, école primaire [00:10:00] et école secondaire. Nous avons donc déjà mis en place des plans pour fournir des programmes de robotique et des compétences non techniques de la maternelle jusqu’au secondaire dans les écoles publiques. Nous avons également un plan d’inclusion très ambitieux, le plan d’inclusion numérique. Nous offrons des formations et nous fournissons également des tablettes pour les personnes âgées afin d’être inclus dans cette ère numérique.

Talent Digital est un programme dont nous sommes très fiers, pour promouvoir l’emploi dans l’industrie du logiciel et ainsi générer 10 000 nouveaux emplois dans tout le pays grâce aux bourses et à l’engagement du secteur privé à fournir des programmes de formation pour ces [00:11:00] personnes.

Passons également au gouvernement numérique lui-même. Quelles sont les réalisations de nos jours ? Nous avons mis en place la gestion électronique des documents, ce que nous appelons le système GDE, dans toutes les agences fédérales. Aujourd’hui, 100% de nos procédures au niveau fédéral, national, sont électroniques. Nous avons également mis en place le programme d’achat, la plate-forme d’achat, la plate-forme d’achat de travaux publics.

Nous avons également fait beaucoup d’efforts pour sortir de cette horrible situation en termes de transparence et d’ouverture du gouvernement. Aujourd’hui, nous sommes très fiers d’être passés à la 17e place au cours de la dernière année, ou lors de l’indexation, en un an seulement. Et aussi [00:12:00], nous avons publié plus de 900 ensembles de données dans l’ensemble du gouvernement fédéral.

Nous avons également mis en place des formulaires à distance pour éviter les procédures de type face à face. Nous avons mis en place les sociétés simplifiées pour ouvrir une nouvelle société, en moins d’un jour. Ainsi, une autre grande réalisation est le Mi Argentina. Mi Argentina est le guichet unique pour chaque citoyen. Nous avons une page web, une application et nous développons également un système d’identification numérique. Nous avons réalisé, à notre grande surprise, que nous avons un avantage considérable en Argentine, à savoir que chaque citoyen est déjà inscrit avec des photos. Nous avons donc développé une plateforme qui peut être utilisée par le secteur public et le secteur privé [00:13:00] pour fournir une identification numérique par le biais d’une authentification biométrique.

Nous avons également développé la signature numérique à distance. Aujourd’hui, dans l’application en Argentine, nous avons le portefeuille numérique, la carte d’identité numérique, le permis de conduire, les papiers de voiture, tout cela dans la même application, et je peux vous la montrer si vous êtes intéressés. 

Ce ne sont que quelques idées de l’Argentine, [00:14:00] dans [00:15:00] l’agenda numérique. (Lecture de la vidéo)