À propos

« FWD50 est une occasion de travailler sur mon emploi — et de me demander pourquoi je fais ce travail, et si cette raison évolue — plutôt qu’à mon emploi. »

La technologie façonne toutes les facettes de la vie canadienne. Va-t-elle nous nuire ou nous aider?

Trop souvent, les avancées technologiques sont démonisées comme étant des voleuses d’emploi ou encore une terreur qui porte atteinte à la vie privée; ou elles sont béatifiées comme étant une panacée à la rescousse des pires d’entre nous. Pourtant, il existe un juste milieu — un moyen d’avancer qui façonne la technologie pour qu’elle nous soit bénéfique, nous aidant à bâtir le type de société que nous souhaitons.

Dans un avenir immédiat, la technologie peut simplifier la manière dont les pays gouvernent, améliorant les processus obsolètes et actualisant la manière dont les citoyen-ne-s et les gouvernements interagissent à tous les niveaux. À long terme, la technologie nous permet de réimaginer ce qui est possible pour les nations, anticipant les écueils tout en mettant de l’avant les plus brillantes innovations.

Nous ne devons pas rester les bras croisés et laisser l’avenir se produire; nous pouvons le façonner. C’est pour cette raison que nous avons créé cette conférence.

L’iPhone n’est âgé que de dix ans. Pendant cette décennie, la connectivité numérique s’est répandue dans nos vies comme un feu de forêt, infiltrant des petits écrans partout dans notre quotidien. Chaque coin est doté d’un capteur; chaque clic laisse une trace de fragments numériques. Il est maintenant courant de parler à un ordinateur; les télécopieurs sont des reliques.

Cela ne signifie pas que la technologie est pour autant une panacée. C’est même plutôt le contraire : sans encadrement approprié, l’accès devient l’exclusion; les algorithmes deviennent des préjudices; la normalisation devient un monopole.

FWD50 explore cette transition, réunissant l’élaboration de politiques, la technologie, l’éthique et l’invention. Une conversation de trois jours sur la transformation numérique, au sein de la capitale canadienne, rassemblant des citoyen-ne-s, la fonction publique, les représentant-e-s élu-e-s, les technologues et les penseurs novateurs de partout dans le monde.

Le temps est venu d’une réflexion sur l’avenir.

Vous voulez plonger davantage en profondeur?

Consultez le manifesto on digital government ou lisez nos plus récentes publications sur Medium où nous explorons les défis et possibilités des technologies et de la société.

Quelques mots sur nous

Nous sommes une équipe entièrement canadienne d’organisateurs et d’organisatrices d’événements, ainsi que de technologues, et nous sommes responsables d’événements sur les technologies parmi les plus influents au monde. Pour nous, FWD50 est le fruit de beaucoup d’amour — une chance de mettre au premier plan les conversations les plus importantes d’une génération, et d’utiliser le pouvoir incroyable des technologies pour faire face aux plus épineux problèmes de la société.

Nous apprenons grâce à vous

Chaque année, nous demandons à la communauté du gouvernement numérique au Canada et à l’étranger de répondre à un sondage puisque les informations obtenues nous aident à organiser de meilleurs événements. Un bon nombre des changements que nous avons apportés en 2018 sont le résultat direct de ces commentaires. Nous voulons créer une expérience collaborative; nous ne pouvons pas parler de rendre la société meilleure pour tous sans y inclure tout le monde.

Nous prenons le contenu très au sérieux. Mais nous sommes flexibles à propos de presque tout le reste. Et nous souhaitons créer des expériences mémorables qui permettent à nos auditoires de réfléchir à haute voix, hors des contraintes habituelles, parce que c’est de cette manière que le changement se produira.

Nos conseillères et conseillers

Nous avons la chance de bénéficier du soutien et des conseils d’un conseil consultatif mondial et diversifié qui détient une solide expérience en matière de gouvernement numérique, technologie et inclusion.

  • Pia (Waugh) Andrews est responsable de l’intégration des services du ministère des Affaires internes de la Nouvelle-Zélande.
  • James Delorme est président de FirstSky Media Group, technologue et ancien chef de la Première Nation Klahoose.
  • Natalie Evans Harris est directrice de l’exploitation de Brighthive et conseillère principale en politiques de la direction de la technologie des É.-U. pendant l’administration Obama.
  • Kelly Hutchinson est vice-présidente des affaires publiques et de la technologie de l’information chez Edelman.
  • Mike Kujawski est associé principal du Centre d’excellence en marketing gouvernemental.
  • André Leduc est vice-président des relations gouvernementales et des politiques de l’Association canadienne des technologies de l’information du Canada.
  • Olivia Neal est directrice générale de la DDPI du gouvernement du Canada.
  • Maria Pagliarello est cadre supérieure invitée à l’Association professionnelle des cadres supérieurs de la fonction publique. Elle détient une vaste expérience en matière de fonction publique canadienne.
  • Aaron Shull est directeur général et avocat général au Centre de l’innovation en gouvernance internationale.
  • Aaron Snow est directeur général du Service numérique canadien et membre du conseil d’administration de l’OpenGov Foundation.
  • Siim Sikkut est dirigeant principal de l’information pour le gouvernement de l’Estonie.
  • Maayan Ziv est fondateur d’AccessNow, et il a agi à titre de conseiller pour le Conseil privé et pour Parcs Canada.